Socialistes face à la révolution industrielle

Proudhon contre l’Etat
Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre, ni la science, ni la vertu…
.Proudhon pour une société de libres associations
Pour que je reste libre, que je ne subisse d’autre loi que la mienne, et que je me gouverne moi-même, il faut renoncer à l’autorité du suffrage, dire adieu au vote comme à la représentation à la monarchie. Il faut supprimer, en un mot, tout ce qui reste de divin dans le gouvernement de la société, et rebâtir l’édifice sur
l’idée humaine du Contrat. …
Le régime des contrats, substitué au régime des lois, constituerait le vrai gouvernement de l’homme et du citoyen, la vraie souveraineté du peuple,
la République.
Ce que nous mettons à la place des lois, ce sont les contrats. Point de lois votées ni à la majorité
ni à l’unanimité ; chaque citoyen, chaque commune ou corporation fait la sienne.
Ce que nous mettons à la place des pouvoirs politiques, ce sont les forces économiques.
.
Les socialistes pour une appropriation collective des moyens de production
Le prolétariat se servira de la suprématie politique pour arracher peu à peu tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les moyens de production entre les mains de l’État..
Marx
Et comme la communauté ne peut assurer le droit de l’individu qu’en mettant à sa disposition les moyens de produire, il faut que la communauté elle-même soit investie, sur ces moyens de produire, d’un droit souverain de propriété.
Jaurès
.
Anti-patriotisme ouvrier et guerre sociale : Gustave Hervé
Gustave Hervé créateur de ” la guerre sociale” et de ” l’antipatriote ” :
Nous n’admettrons qu’une seule guerre, la guere civile, la guerre sociale, la guerre de classe, la seule qui à l’heure actuelle, puisse apporter quelque profit aux exploités
.
Les socialistes réformistes pour la laïcité avant même les lois sociales.
La société d’aujourd’hui est divisée entre capitalistes et prolétaires. Mais en même temps, elle est menacée par le retour offensif de toutes les forces du passé, de la barbarie féodale, de la toute-puissance de l’Eglise. Et quand la liberté républicaine est en jeu, quand la liberté de conscience est menacée, …  c’est le devoir du prolétariat socialiste de marcher avec celle des fractions bourgeoises qui ne veut pas revenir en arrière.
Jaurès. Discours à l’hippodrome de Lille le 26 novembre 1900
Pierre Benazet, Anthologie de la pensée politique dans le monde, p 1085.

Chrétiens sociaux et révolution industrielle

Les propositions chrétiennes sociales
” L’Association par arts, métiers et professions est une condition première, indispensable, pour organiser le travail, quelle que soit d’ailleurs la forme politique du gouvernement. …
Les syndics présideraient en temps de crise à la répartition la plus équitable du travail et à la fixation des salaires. … les syndics exerceraient une véritable magistrature ayant l’élection pour origine et la sanction du gouvernement pour caractère officiel”
La Gazette de France en 1843 (journal royaliste légitimiste)
” Un salaire minimum doit être garanti aux ouvriers ” et ” qu’on doit limiter la journée de travail à dix heures “
l’Union monarchique, du 17 avril 1847 articles de Joseph Morand

 Naissance d’un engagement charitable : Armand de Melun en 1837
” Jusque-là, dît Melun , je n’avais jamais visité un pauvre, je ne connaissais que ceux qui m’avaient tendu la main dans la rue… Je m’en étais remis jusqu’ici à l’assistance publique et aux bureaux de bienfaisance du soin de les connaître et de les soulager… Dans la disposition d’esprit où j’étais cette vue de la soeur Rosalie au milieu de ces pauvres me frappa comme la révélation d’un monde inconnu qui m attirait.
… Aussi ai-je bien résolu à l’avenir… de consacrer toute ma vie à faire à mes frères tout le bien qui sera en mon pouvoir, mettant à leur disposition tout ce que j’ai de force et de temps.”
La mise en place des conventions collectives

Oppositions des républicains : en particulier des radicaux-socialistes, attachés à l’économie libérale
– La cour de cassassion décide en 1908 que personne ne peut être obligé de respecter une convention collective. Une loi de 1919 la rend possible, mais seulement pour les membres des organisations qui l’ont signée
 

Adoption de la Loi :
Accords de Matignon 7 juin 1936, les conventions collectives s’imposent à tous les membres d’un métier. Mais elle doivent être négociées par les syndicats dont la représentativité est reconnue par l’Etat.

Léon Blum affirme s’être inspiré des propositions chrétiennes-sociales« Serait-il si difficile de tirer des deux encycliques que le Saint-Siège, à un demi-siècle d’intervalle, consacrait aux problèmes sociaux, des formules voisines de celles que le gouvernement de Front populaire s’efforce de transporter dans la légalité républicaine ? »
Léon Blum, dans Sept, (hebdomadaire dominicain), 19 février 1937.

Les conflits dans le monde.

Espaces en conflits
.Les territoires en guerre dans le monde de 1975 à 2000 (Historical Atlas of the Twentieth Century)
Formes de conflits
Guerre civile et asymétrique
.Vivre à Bagdad.Vidéos de jeunes dans une ville en guerre. + Un parmi des milliers … et …
.La guerre en Irak n’est pas un désastre. Une réorientation stratégique de la contre guérilla couronnée de succès ? (Drzz)
Guerre ethnique
.Le génocide au Rwanda: un complot Tutsi des proches de Kagame?.
.Stratégie américaine : nationalités au Moyen Orient et recomposition de l’Europe alliance avec les “catholiques” européens de l’ouest contre les orthodoxo-musulmans.
Terrorisme et .Cyberconflits.
.Les média ne parlent pas assez des revers du terrorisme. (Revue Militaire Suisse)
L’Estonie attaquée en ligne par
la Russie? (J. Cl. Durbant).
Des arméniens contre azéris au N Karabagh

Croissances et crises

Les innovations techniques au coeur des cycles de croissance économqiue
Machine à vapeur et son application aux mines de charbon et aux métiers textiles permettent la rév° industrielle Fin années 1780

Développement des chemins de fer et de l’industrie sidérurgique (1847)
Moteur à explosion et de l’électricité , invention de l’automobile et développement des industries chimiques (1896)
Rationalisation de la production (1920)

Production de masse , essor des industries pétrochimiques et électroniques , développement de l’aviation ,pétrole devient source d’énergie dominante (Période des 30 glorieuses)

Avantages et inconvénients de la taylorisation
Mais maintenant il nous faut dire que l’une des premières caractéristiques d’un homme qui est capable de faire le métier de manutentionnaire de gueuses de fonte est qu’il est si peu intelligent et si flegmatique qu’on peut le comparer, en ce qui concerne son attitude mentale, plutôt à un bœuf qu’à toute autre chose. L’homme qui a un esprit vif et intelligent est, pour cette raison même, inapte à exercer ce métier en raison de la terrible monotonie d’une tâche de ce genre. 
TAYLOR, 1911.
Loin d’être du jour au lendemain réduite, la qualification ouvrière dans la régulation de la grande usine fordienne subit des transformations qui à bien des égards, la réévalue (sic) sur l’échelle sociale. La période du début du siècle à la fin des années 1950 est peut-être une apogée (sic) de la qualification, un âge d’or du professionnel, surtout dans les métaux. […] En réalité, le métallo de 1910-1950 en sait moins que ses pères ; la machine lui a ôté, on l’a vu, une bonne part de sa capacité, non seulement à produire une pièce complète, mais encore à gérer de façon autonome le modus operandi. Ce qui compte, néanmoins, c’est la place supérieure qu’il occupe désormais dans une échelle du travail et des savoir-faire …Taylor a en vue le contrat social que l’on attribue, à tort, à Ford : la classe ouvrière abdique toute maîtrise sur le processus de travail et se soumet à l’ordre productif en contrepartie de son accession à la société de consommation, grâce à la redistribution des gains de productivité.
DEWERPE, 1998, le monde du travail en France, pp. 140 

La crise de 1929 annoncée par avance
Tôt ou tard il y aura un krach qui touchera les actions les plus importantes de la cote et entraînera une baisse de 60 à 80 points de l’indice Dow Jones. … Il y a plus de gens pour emprunter et spéculer aujourd’hui qu’à aucune autre époque de notre histoire. Tôt ou tard un krach va arriver et il se peut qu’il soit colossal. Sages sont les actionnaires qui en ce moment mettent un terme à leur endettement. … Cela ne signifie pas qu’il faut vendre tout ce qu’on a, mais qu’il faut rembourser les emprunts qu’on a faits et éviter toute spéculation à crédit. … Un jour va venir où le marché commencera à glisser sur la mauvaise pente ; il y aura plus de vendeurs que d’acheteurs et les profits sur le papier commenceront à disparaître. Alors il se produira immédiatement un sauve-qui-peut général pour préserver ce qu’il restera des profits sur le papier. … Dès qu’à l’étranger se répandra la nouvelle que les grands fonds d’investissements américains sont en train de vendre, les banques européennes se mettront à liquider les avoirs de leurs clients qui en ce moment achètent sur le marché américain.
Article de R. BABSON, New York Times, 6 septembre 1929. avant le “jeudi noir” 24 octobre 1929

Une crise de la demande accentuée par des politiques de baisse des salaires et des dépenses sociales : La déflation vue par ses adversaires
De 1932 à 1936,
la France a, sauf erreur, compté onze Ministères. Qu’ont-ils fait contre la crise économique ? Rien ou presque. Ce fut la politique dite de ” déflation budgétaire “, de réduction des dépenses de l’État (pour éviter le déficit budgétaire), c’est-à-dire de baisse de salaires des travailleurs […] ils sont contraints de dépenser moins, c’est-à-dire d’acheter moins de produits aux commerçants et aux agriculteurs
J. MOCH, Arguments et Documents contre capitalisme, crise, déflation, Éditions du Parti socialiste SFIO, Paris, 1936.
Ce que constatent les chercheurs, c’est la disparition quasi totale de la  consommation de viande. … Le café noir perçu comme un luxe indispensable. Le déficit en protéines de l’ordinaire a donc pour contrepartie diverses consommations spécifiques. En Grande-Bretagne, le thé, les bonbons, en France, le vin et le café. Les chômeurs consacrent aussi une part significative de leur revenu aux paris et au cinéma. Un domaine budgétaire est en revanche clairement sacrifié, le vêtement.
B. GAZIER, La Crise de 1929, PUF, colt. Que sais-je ?,1983.

Les moyens de limiter le nombre des chômeurs en France pendant la crise des années 1930
Il est bien vrai qu’en octobre 1929, en France, il n’y a, selon les statistiques officielles, aucun chômeur secouru par les fonds de chômage. … Un tel chiffre étonne, au vu du recul de la production … en janvier 1931 … En septembre 1933, par exemple, plus de 40 % des établissements industriels sont affectés par le chômage partiel.
… le pourcentage du personnel travaillant moins de quarante heures, [dans le textile.] s’élève à plus de 85 %.
D’autre part, … 770000 …étrangers sont repartis dans leur pays entre le recensement de 1926 et celui de 1931. Les chômeurs qui ont quelques économies ou qui acceptent mal cette situation ” dévalorisante ” répugnent à y recourir.
J. MARSEILLE et A. PLESSIS, Vivre la crise et l’inflation Hachette, 1983.

Débuts de la guerre froide


Churchill : d’un projet d’influences partagées en Europe orientale à la dénonciation du « rideau de fer »
Le 10 octobre 1944, à Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand.Aussi griffonne-t-il sur un papier :1) Roumanie : Russie 90%, les autres 10%,2) Grèce : Grande-Bretagne (en accord avec les États-Unis) 90%, Russie 10%,3) Yougoslavie : 50/50%,4) Hongrie : 50/50%,6) Bulgarie : Russie 75%, les autres 25%. Source … Le brouillon de l’accord.

Dès le 12 mai 1945, un mois après la mort du président américain Franklin Roosevelt et quelques jours après la capitulation de l’Allemagne, Winston Churchill écrit à son successeur à
la Maison Blanche, l’ancien vice-président Harry Truman : «un rideau de fer est tombé sur le front russe». Le 5 mars 1946 à Fulton, en présence du président Truman, … Il s’exclame : «De Stettin sur
la Baltique à Trieste sur l’Adriatique, un rideau de fer s’est abattu sur le continent (…). Quelles que soient les conclusions que l’on tire de ces faits, ce n’est certainement pas là l’Europe libérée pour laquelle nous avons combattu ; et ce n’est pas non plus celle qui porte en elle les ferments d’une paix durable»
. Source

Les États-Unis après la guerre.
Je dois dire qu’en cette fin de l’été on était, dès le premier contact avec les États-Unis, saisi par l’impression qu’une activité dévorante et un intense optimisme emportaient toutes les catégories. Parmi les belligérants, ce pays était le seul intact. Son économie, bâtie sur des ressources en apparence limitées, se hâtait de sortir du régime du temps de guerre pour produire des quantités énormes de biens de consommation. L’avidité de la clientèle et, au-dehors, les besoins de l’univers ravagé garantissaient aux entreprises les plus vastes débouchés, aux travailleurs le plein emploi. Ainsi, les États-Unis se sentaient assurés d’être longtemps les plus prospères. Et puis, ils étaient les plus forts ! Quelques jours avant ma visite à Washington, les bombes atomiques avaient réduit le Japon à la capitulation.
Charles de GAULLE, Mémoires de guerre, tome III, éditions PIon, 1954

Les paradoxes de la mondialisation culturelle

Débats asiatiques pour ou contre l’universalité des Droits de l’Homme
Pour une limitation “asiatique” des droits de l’homme au nom de la “communauté”.
” Pour les Asiatiques, la communauté, la majorité viennent en premier. L’individu, la minorité doivent avoir leurs droits, […] mais sans empiéter d’une manière déraisonnable sur ceux de la majorité. […] On peut tolérer quelques déviations, mais l’exhibition illimitée de la liberté personnelle, n’est pas ce que les Asiatiques attendent de la démocratie. […]
Les droits de l’homme asiatiques ne doivent pas être une simple copie des droits de l’homme occidentaux. […] Jusqu’ici, certains pays asiatiques ont refusé de se soumettre aux pressions de l’Occident à propos de la démocratie et des droits de l’homme “.
Mohamad Mahathir, discours devant la conférence internationale sur le futur de l’Asie, Tokyo, 1995. Source

Un militant des droits de l’homme devenu président coréen estime que le bouddhisme apporte les bases des droits de l’homme.
Peut-on affirmer une tradition asiatique au nom de laquelle on pourrait rejeter les valeurs démocratiques ou les droits de l’homme comme étant l’expression d’une hégémonie occidentale ? Je ne le pense pas. […] La compassion et la bienveillance qu’enseigne le bouddhisme ne se sont certes pas traduites en une Déclaration des droits de l’homme, mais cette doctrine n’en véhicule pas moins l’affirmation de la dignité et de l’absolu de la personne humaine. […] Je crois que les racines de la démocratie et du respect de la personne existent dans les deux traditions, occidentale et asiatique. La grande différence est que l’Europe a su les ériger en système social.
Kim Dae-Jung, entretien avec Philippe Pons, Le Monde, 17 mai 1994. Source

Foi sport et massacre aux Etats-Unis
Ce matin-là, quand le lycée de Columbine fut secoué par des tirs et des explosions provoqués par deux de ses élèves
, deux cultes naquirent. L’un est lié à Cassie Bernall, rêve incarné de l’Amérique profonde : belle, blonde et fervente chrétienne. Le 20 avril 1999, Eric Harris s’est frayé un chemin à coups de carabine dans la bibliothèque, a collé le canon de son arme sur le front de Cassie, puis, avec un sourire, lui a lâché : “Tu crois toujours en Dieu, maintenant ?” D’une voix ferme, elle lui a répondu que oui, et il a pressé la détente. … Mais le drame de Columbine a accouché d’un autre culte, tout aussi puissant aux yeux de ses fidèles. Celui-là prospère dans une autre Amérique, parmi les exclus, les égarés, les rejetés qui en conçoivent de la haine. Là, Eric Harris et Dylan Klebold ne sont plus des meurtriers, mais des vengeurs héroïques. Source

Huntington : La réaffirmation des identités non occidentales
Modernisation, en résumé, ne signifie pas nécessairement occidentalisation
. Le sociétés non occidentales peuvent se moderniser et se sont modernisées sans abandonner leur propre culture et sans adopter les valeurs, les institutions et les pratiques occidentales dominantes … Comme le disait Fernand Braudel, il serait “infantile” de penser que la modernisation ou “le triomphe de la civilisation au singulier” mettra un terme à la pluralité des cultures historiques incarnées depuis des siècles par les grandes civilisations du monde. ….
L’indigénisation a été à l’ordre du jour dans tout le monde non occidental dans les années quatre-vingt et quatre-vingt- dix. La résurgence de l’islam et la “ré-islamisation” ont dominé les sociétés musulmanes. En Inde régne aussi le rejet des formes et des valeurs occidentales, et L’ “hindouisation” de la politique et de la société. En Extrême-Orient, les gouvernements soutiennent le confucianisme, et les dirigeants politiques et intellectuels parlent d’ “‘asianiser” leur société . Au milieu des années quatre-vingt, le Japon est devenu obsédé par le “Nihon-jinron” ou théorie du Japon et des Japonais” …
La démocratisation entre en conflit avec l’occidentalisation
, … Les hommes politiques des sociétés non occidentales ne gagnent pas les élections en montrant combien ils sont occidentalisés. La concurrence électorale au contraire,les incite à aller dans le sens de ce qui est le plus populaire, en général ce qui est ethnique, nationaliste et religieux.”
Source

Babigoù Breizh : Appel aux candidats à la présidentielle française !

L’association Babigoù Breizh a pour objectif déclaré de créer des structures d’accueil destinées à la petite enfance ayant pour spécificité de s’occuper des enfants en langue bretonne. …  manière à la fois douce et pérenne de réenraciner le breton en Bretagne …. 
la CAF du Morbihan, soutenue en cela par
la CNAF (Caisse Nationale des Allocations Familiales) a estimé que « l’usage du breton dans l’accueil des enfants constitue un obstacle à l’accès universel des familles à cet accueil » et a donc refusé les financements indispensables à la création de ces crèches … Est-il normal que l’on refuse aux bébés bretons de parler la langue ancestrale pratiquée sur leur territoire ? Source

Les découvertes de la seconde révolution industrielle

Une formidable hausse de la productivité dans la fabrication de l’acier : le procédé Bessemer
Les progrès technologiques dans l’industrie métallurgique Bessemer, un ” bricoleur de première classe “.
H. Bessemer (1813-1898), qui n’était pas un métallurgiste mais plutôt une sorte de bricoleur de première classe, inventa au début des années 1850 un projectile d’artillerie qui exigeait un canon exceptionnellement long et solide. Le problème, c’était de rendre l’acier assez peu coûteux pour que la production massive de ces larges pièces fût praticable à vues budgétaires. … Il trouva une de ces solutions dont la simplicité nous ébahit une fois qu’elles sont découvertes. Au lieu d’affiner le fer en gueuse en appliquant la chaleur sur sa périphérie suivant la tradition, il fit souffler de l’air dans le métal en fusion, employant la chaleur dégagée brusquement par l’oxydation elle-même pour maintenir le fer à l’état liquide. Il en résultait une décarburation extrêmement rapide. … Un convertisseur Bessemer en marche entre véritablement en éruption au moment où l’énergie se libère d’un seul coup. Avec ses flammes et ses projections d’étincelles aux couleurs changeantes, c’est aussi l’un des spectacles les plus palpitants que l’industrie puisse offrir.
” Il y a trente-trois ans, j’essayais d’introduire une méthode de fabrication (de l’acier) entièrement nouvelle, si nouvelle même… que je rencontrai de tous côtés la plus grande incrédulité et la plus grande méfiance. Il ne fut possible de décider aucun fabricant d’acier à adopter ce que le monde sidérurgique déclarait être le simple rêve d’un enthousiaste extravagant, et ce n’est qu’en construisant moi-même une aciérie dans la ville de Sheffield qu’il me fut possible de surmonter l’incrédulité qu’avait rencontrée mon invention. Mais aussitôt que je fus capable… de vendre mon acier à bas prix, il y eu une sorte de panique dans l’industrie… À partir de ce moment, la nouvelle méthode commença à se répandre dans toute l’Angleterre, et, de là dans les États européens, puis aux États-Unis où elle a depuis pris une place prépondérante. ”
Extrait d’une note adressée par Bessemer à une revue anglaise en 1894

Innovations diverses et cumulées : Les découvertes de Berthelot
Dès 1854, à peine âgé de vingt-sept ans, il tente ses plus audacieuses synthèses. Enfin, celle qui domine toutes les autres, la synthèse de l’acétylène, la plus surprenante, la plus inattendue, la plus simple: du charbon et de l’hydrogène, en présence de l’arc électrique, s’unissent pour produire ce corps dont la synthèse entraînerait la synthèse purement chimique de tous les carbures d’hydrogène, des alcools, des corps gras, en un mot de tous les produits naturels …. Berthelot était donc en droit de conclure avec un légitime orgueil : “Le domaine où la synthèse chimique exerce sa puissance créatrice est plus grand que celui de la nature actuellement réalisé”. ”
Paul Painlevé, Paroles et écrits, Rieder, 1936

Edison diffuse l’ampoule électrique
Au moment où nous inaugurâmes l’éclairage électrique, il nous fallait une usine pour la fabrication des lampes. À cette époque, le prix de revient d’une lampe était de un dollar vingt-cinq environ. Je fis alors cette proposition à
la Compagnie [qui commercialise l’électricité] : ” Si vous voulez passer avec moi un contrat, valable jusqu’à l’expiration des brevets, je fabriquerai toutes les lampes dont aura besoin
la Compagnie et je les livrerai aux prix de 40 cents par lampe “.
La Compagnie sauta sur cette offre. 

Un “trust”: le Groupe Morgan, First National Bank.
Affaires industrielles / General Electric Co ; United States Steel Corporation ; American Radiator and Standard Sanitary Corporation ; Continental Oil Co ; National Biscuit Co ; Baldwin Locomotive Works ; St. Regis Paper Co.
Services publics / American Telephone and Telegraph Co ;
Chemins de fer / Western Pacific.
Banques / J. P. Morgan and Co ; First National Bank Co. Etc..

Contre la concentration excessive des grandes entreprises : les lois anti-trusts américaines 1890
Le Sherman Act (1890)
2° Toute personne qui créera un monopole ou tentera de créer un monopole ou de conclure une entente ou une coalition avec une ou plusieurs autres personnes aux fins de monopoliser une partie du trafic ou du commerce entre les différents États ou avec les pays étrangers sera regardée comme coupable d’un acte délictueux…”
Des amendements et l’emprisonnement étaient prévus en cas de violation de la loi, et la personne lésée était autorisée à recouvrer trois fois la valeur des dommages subis. …
H. FAULKNER, Histoire économique des États-Unis, PUF, 1958.
Le Clayton Act (1914)
Ses articles 2, 3, 7 et 8 énoncèrent de nouvelles prohibitions spécifiques frappant les discriminations de prix, les contrats d’exclusivité de vente, les prises de participations, les sociétés holdings, les pratiques d’administrateurs communs, les fusions d’entreprises (autres que les compagnies de transports et les banques), dans la mesure où elles tendent à réduire la concurrence.
FRANK,
La Politique économique des États-Unis, Sirey, 1966.

La première révolution industrielle

Concentration du travail du coton dans des usines 1821
Dans les débuts de l’industrie cotonnière, toutes les opérations depuis le traitement initial de la matière première jusqu’à la fabrication de la toile, se faisaient sous le toit de la maison du tisserand. Dans une deuxième période, avec l’amélioration des techniques, le filage s’est fait dans les usines et le tissage s’est fait à domicile À l’heure actuelle, toutes les opérations, qui nécessitent des moyens beaucoup plus vastes et complexes s’effectuent dans un bâtiment unique. Les vastes bâtiments en brique que l’on rencontre au voisinage de toutes les grandes villes industrielles effectuent des travaux dont se chargeaient autrefois des villages entiers, Dans les usines mues par la vapeur, le coton est peigné, bobiné, filé et tissé en étoffe et une seule usine suffit pour sortir la même quantité que produisait autrefois la main-d’oeuvre de toute une région ”
R Gueston, histoire abrégée de l’industrie du coton, 1821

Naissance de la grande industrie métallurgique
H. Taine, philosophe et historien français, voyagea en Angleterre entre 1860 et 1870. Nous visitons les ateliers de Shaw et de Platt, l’un filateur, l’autre constructeur de machines à filer. […]
Quand on entre dans ces ateliers, on reste stupéfait ; c’est un pêle-mêle gigantesque et ordonné, un labyrinthe de roues, d’engrenages, de rubans de cuir roulants, un édifice vivant et agissant, qui, du sol au plafond et d’étage en étage, travaille avec une vitesse vertigineuse, comme un automate infatigable et acharné. Dans un vaste hangar, dix-huit forges flamboient, chacune flanquée de deux petites ; une fourmilière d’ouvriers s’agite dans l’ombre traversée de lueurs ardentes. Chez un autre, Sharp, constructeur de locomotives, sept à huit cents ouvriers font cent locomotives par an, chacune de 75 000 francs. Il faut venir ici pour sentir la puissance de l’eau et du feu ; ce, ne sont que piliers de fonte semblables à des troncs d’arbres, machines à entailler qui font sauter des copeaux de fer, machines à forer qui, dans des plaques de fer épaisses comme le pouce, percent des trous aussi aisément que dans du beurre ; pilons de 500 kilos dont le jeu est si précis qu’ils cassent une noisette sans entamer l’amande ; cisailles monstrueuses, forges colossales. Huit hommes, rangés en file, poussaient dans une de ces gueules de feu un arbre de fer rougi, gros comme le corps. Mais l’homme, ici, est un insecte ; l’armée des machines prend toute l’attention.
H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, 1874.


La Grande Bretagne, atelier d’un monde largement ouvert aux échanges de marchandises
Actuellement, les cinq parties du monde sont nos tributaires volontaires… Les plaines de l’Amérique du Nord et de Russie, voilà nos champs de blé ; Chicago, Odessa sont nos greniers ; le Canada, les pays baltiques nos forêts. L’Australasie contient nos stations de moutons, l’Amérique du Sud nos troupeaux de boeufs ; le Pérou nous expédie son argent,
la Californie et l’Australie leur or. Les Chinois cultivent du thé pour nous, et des Indes occidentales et orientales affluent notre café, notre sucre, nos épices.
La France et l’Espagne sont nos vignobles,
la Méditerranée notre verger ; notre coton, que nous tirions auparavant des États-Unis, nous vient maintenant de toutes les régions chaudes du monde
S. Jevons, The Coal Question, 1866

Diffusion des progrès techniques des filatures de Grande Bretagne et de Paris à l’Alsace
Demandes de renseignements à un fils de famille en voyage de formation en Angleterre: une promotion par la technique
“Pour profiter du peu de papier qui me reste, je me bornerai à t’engager, pour profiter du reste du temps que tu .dois encore passer en Angleterre, de te mettre le plus que possible au courant de la manutention de la filature, Ainsi, pour ce qui concerne la filature, il faut que tu t’informes
1°) de la charge que supporte chaque machine de préparation, soit dit pour le coton.
2°) la quantité et la sorte de déchets que l’on mélange au coton neuf pour faire les numéros ordinaires.
… J’oublie l’organisation dans sa filière la plus souple et la plus directe, tel que le passage de main en main et de machine à machine, pour éviter de se bousculer inutilement et pour éviter les frais, car tu sais que chez nous, on se remue beaucoup et on fait peu.
Quand tu passeras à Paris, va voir l’établissement de M Chenot, métallurgiste à Clichy. D’après un article du Génie industriel, tome 10, ce monsieur aurait trouvé le moyen de convertir directement le minerai de fer en éponge métallique que l’on comprime et qui doit donner du fer. Tâche de voir le procédé qu’il emploie et demande lui s’il vend son brevet et combien il en demande.
Maintenant, en fait de commissions, tu pourrais m’apporter encore quelques paires de gants de chevreau, gants de couleur, j’en ai encore des blancs
Archives privées
Sources d’énergie locales et révolution des transports, facteur de développement du textile vosgien
Les facteurs de développement: la révolution des transports: Célébration du centenaire de la filature flageollet
Jean-Baptiste Flageollet, dont je m’honore d’être l’arrière-petit-fils, était cet homme. En cette fameuse année 1830 il acquit le moulin de Zainvillers pour y utiliser la faible force motrice aménagée à l’entraînement de quelques métiers à tisser. […] Les principaux agrandissements et aménagements datent de 1836. Six ans après la fondation : construction de la filature. Puis : 1841, 1844, 1851 et 1855. Ai-je besoin de souligner la rapidité de la pro-gression. A noter qu’à côté de la filature et du tissage, l’usine comportait un atelier de construction de machines textiles. Ceci porte à croire que l’usine fabriquait probablement elle-même ses métiers. Or, à cette époque, et beaucoup d’entre vous l’ont encore entendu raconter, on allait chercher le coton au Havre, le charbon au moins à Épinal et les huiles de graissage à Marseille ; on voiturait les tissus à Wesserling ou à Mulhouse par les cols. Les chemins de fer ? Non seulement la ligne de
la Moselotte n’existait pas, mais même celle d’Épinal à Remiremont n’était pas construite. De 1850 à juillet 1851, Jean-Baptiste Flageollet fit construire le fameux canal qui est encore le canal d’amenée actuel. Il aboutissait, ce canal, à la fameuse grande roue hydraulique que la plupart d’entre vous ont connue ….
Extraits du discours prononcé par Jacques ZELLER le 4 octobre 1930, cité dans L’Industriel vosgien du 28 octobre 1930.

Une affaire de sens de l’économie et de l’épargne : Benjamin Franklin
Rappelle-toi que le temps, c’est de l’argent : celui qui Pourrait en un jour gagner dix shillings et qui pendant la moitié du jour se promène ou paresse dans sa chambre, quand il n’aurait dépensé que six pences pour son plaisir, doit compter qu’en outre il a dépensé ou plutôt jeté cinq shillings à l’eau. Rappelle-toi que la puissance génitale et la fécondité appartiennent à l’argent, et les rejetons peuvent engendrer à leur tour et ainsi de suite. Cinq shillings se changent en six puis en sept shillings trois pence et ainsi de suite jusqu’à devenir une livre sterling… Celui qui tue une trie anéantit sa descendance jusqu’à un millier. Celui qui tue une pièce de cinq shillings assassine tout ce qu’elle aurait pu produire : dix colonies entières de livres sterlings.
Benjamin Franklin 1706-1790
Les Mots de l’histoire

Les sociétés par actions nécessaires pour mener de grandes projets industriels et créer des grandes entreprises
C’est comme pour les sociétés anonymes [sociétés par actions], a-t-on assez crié contre elles, a-t-on assez répété qu’elles étaient des tripots et des coupe-gorge ! La vérité est que, sans elles, nous n’aurions ni les chemins de fer ni aucune des énormes entreprises modernes qui ont renouvelé le monde ; car pas une fortune n’aurait suffi à les mener à bien, de même que pas un individu, ni même un groupe d’individus, n’aurait voulu en courir les risques. … Les risques courus sont volontaires, répartis sur un nombre infini de personnes, inégaux et limités selon la fortune et l’audace de chacun.
Émile Zola, L’Argent, 1891.

L’ECJS en première : résumé du programme et questions possibles

Programme de première: Institutions et pratiques de la citoyenneté et questions possibles

Objectif général

Il s’agit de faire comprendre le “sens du politique” sans faire un cours magistral de science politique. Ayant découvert en seconde que sa vie sociale avait une dimension citoyenne, l’élève découvre que “les institutions de
la République sont constamment refondées par la pratique des citoyens”. Une compréhension critique des institutions lui permet de découvrir que leur légitimité se fonde essentiellement sur l’élection de représentants. La mise à distance que cela implique entre représentants et représentés implique des tensions inévitables. Même si partis et syndicats, participant au débat public et à des actions collectives ont aussi une fonction représentative.

Notions qui doivent être abordées:

Pouvoir, représentation, légitimité, Etat de Droit, République, démocratie, défense.

Thèmes

Exercice de la citoyenneté, représentation et légitimité du pouvoir politique 

Une interrogation sur les formes de la représentation politique permet de voir que La société est le cadre de relations de pouvoir, le pouvoir suppose le consentement. La légitimité du pouvoir repose essentiellement sur la légalité d’une procédure d’attribution et d’exercice du pouvoir. La souveraineté du peuple est déléguée par des procédures électorales périodiques et concurrentielles.  

Démocratie et légitimité du pouvoir.A quoi servent les élections, présidentielles, législatives, syndicales ou locales ? Les élus représentent ils bien les citoyens ?La rédaction des lois respecte t’elle la volonté du peuple ? Que peut changer une élection présidentielle ?Quelles sont les lois qui peuvent être contestées, et pourquoi ? Les juges font ils et peuvent ils faire la loi ? Exercice de la citoyenneté, formes de participation politique et action collective 

L’héritage de la déclaration de 1789 permet d’expliquer le refus de la démocratie directe et des corps intermédiaires. Le gouvernement “du peuple, par le peuple et pour le peuple” exclut une autorité qui tirerait sa légitimité d’une source extérieure ou supérieure au peuple. Un exemple d’action associative, syndicale ou collective permet de montrer cependant “l’importance de la participation politique non électorale dans la formation du lien civique” Les formes de participation des citoyens au gouvernement.Rôles des manifestations et des pétitions ? Les syndicats servent ils à quelque chose ?Les sondages ont ils une influence sur la démocratie ?Comment comprendre la divergence d’opinion entre les journalistes de la pressecommerciale et les citoyens ?Internet peut il modifier les résultats électoraux ?Présentation des idées, des méthodes et du bilan d’un parti politique. Les experts et les élites ont ils plus de pouvoirs que la majorité ?

Exercice de la citoyenneté, république et particularismes 

Dans une société marquée par la diversité des origines, des convictions religieuses et des conditions sociales,
la République reconnaît et gère les particularismes et la fidélité à son passé et a ses croyances en les reconnaissant. Mais la manifestation des particularismes doit s’accompagner du respect de la séparation laïque du politique et du religieux, de l’égale dignité et de la liberté des individus. Ces valeurs étant la condition nécessaire de la vie en commun et le fondement de la légitimité du projet politique républicain.  

Citoyenneté et particularismesPeut on et doit on abandonner une partie de son identité pour vivre comme citoyen, et laquelle ?Sur quels principes les lois doivent elles se fonder ?Quelles sont les conséquences de la séparation entre opinions politiques et religieuses ?Quelles sont les formes actuelles de refus de la laïcité chez les chrétiens, et en particulier chez les catholiques ?Le droit musulman, en particulier sur le statut personnel peut il être reconnu et accepté dans une démocratie ?Les revendications régionalistes sont elles légitimes ? 

Exercice de la citoyenneté et devoirs du citoyen

Le programme se défend d’être un conditionnement à l’obéissance. L’exemple des manquements et fraudes diverses contre les devoirs électoraux, fiscaux, réglementaires et militaires, ainsi que celui des refus de solidarité permet de montrer que la pression apparente de la loi garantit un compromis raisonnable entre liberté et sécurité. Le respect de la loi devient l’effet d’un choix libre et raisonné et ne doit donc pas être remis en question.Les débats contemporains portent l’extension de l’intervention de l’Etat dans les divers domaines de la vie sociale et des effets des contraintes collectives sur la vie des individus. L’esprit de défense doit être abordé 

Devoirs du citoyenQuelles lois peut on frauder sans dommage ?Faut il obliger les gens a respecter leurs devoirs de citoyen ? Comment peut on participer à la défense nationale ?Quelles sont les limites nécessaires à l’usage de la force dans un État, en guerre ou pour assurer la sécurité des personnes ?

Faut il faire des interventions militaro-humanitaires ?

Aux racines de la révolution industrielle

Une révolution agricole
L’ami des hommes, ce monsieur de Mirabeau qui parle, qui décide, qui tranche et qui se blouse si souvent, n’est mon fait que quand il dit : aimez l’agriculture.
Voltaire 1694-1778 

L’essor des îles britanniques
La prospérité dont l’Angleterre avait joui depuis la fin de la dernière guerre surpassait non seulement celle de toute période de ce genre, mais encore celle de n’importe quel pays, à n’importe quelle époque depuis l’établissement des monar­chies européennes; c’est un fait avéré par l’accroissement de la population, de la consommation, de l’industrie, de l’activité maritime et du nombre des marins, par l’augmentation de l’agriculture, (diffusion des bonnes techniques) des manu­factures et des échanges, et enfin, dans une proportion considérable, résultat de tout le reste, par les progrès de l’aisance et de la félicité du peuple.Arthur Young Voyages en France

Le rôle des scientifiques
Le 16 octobre – Rendez-vous chez M. Lavoisier. Mme Lavoisier, femme pleine de vitalité, de sens et de savoir, avait préparé un «déjeuner anglais» au thé et au café. Mais sa conversation, aussi bien sur l’Essai sur le phlogistique, de M. Kirwan, qu’elle est en train de traduire, que sur d’autres sujets qu’une femme d’es­prit, qui travaille avec son mari dans son laboratoire, sait rendre agréable, était encore la meilleure partie du repas. J’ai eu plaisir à voir cet appartement, que les expériences qui s’y déroulent a rendu si intéressant pour le monde des physiciens. Je fus enchanté de trouver M. Lavoisier admirablement logé, et avec toutes le apparences d’un homme qui dispose d’une fortune considérable. Cela fait plaisir; les emplois de l’Etat ne peuvent aller dans de meilleures mains que celles d’hommes qui utilisent ainsi le superflu de leur fortune. : la plupart des grandes découvertes qui ont élargi l’ho­rizon de la science ont été obtenues avec … les efforts énergiques d’hommes ardents, sortant de l’obscurité et brisant les liens imposés par la pauvreté, voire par la misère.Arthur Young Voyages en France
Un droit social contraignant pour les entrepreneurs
Les salaires n’étaient en général pas définis librement par les parties en présence, mais dans le cadre d’un tarif défini à l’échelle de la ville et de la profession. En 1785 La chambre royale des bâtiments décide de le baisser de 10% ce qui provoque, une grêve du chantier de l’Eglise Sainte geneviève à celui du mur des fermiers généraux, puis une manifestation et le retrait de cette décision.
D’après Jean Nicolas.

Qui est supprimé pour favoriser l’activité économique
Art. 4 – Si, contre les principes de la liberté et de la constitution, des citoyens attachés aux mêmes professions, arts et métiers, prenaient des délibérations […] tendant à n’accorder qu’à un prix déterminé le secours de leur industrie ou de leurs travaux, lesdites délibérations et conventions, […], sont déclarées […], attentatoires à la liberté et à la déclaration des droits de l’homme, et de nul effet […]
Les auteurs, chefs, et instigateurs, qui les auront provoquées, rédigées ou présidées, seront cités devant le tribunal de police, à la requête du procureur de la commune, condamnés chacun en cinq cents livres d’amende, et suspendus pendant un an de l’exercice de tous droits de citoyen actif, et de l’entrée dans toutes les assemblées primaires. […] »
Loi le Chapelier, 1791