La crise de Cuba vue par la théorie des jeux

 http://sociol.chez.com/socio/grandsdomaines/socioorgacas11.htm

L’histoire de la péripétie centrale confirme la valeur explicative de l’analyse stratégique : le Pouvoir échappe de nouveau à J. F. K. Le blocus prenait effet le mercredi 24 octobre à 10 heures. L’ordre d’ouvrir le feu ne devait être donné, quoi qu’il arrive, que par le président Kennedy lui-même. On va voir que cette décision ne pouvait être que théorique Les multiples décideurs sur le terrain, maîtrisant le mieux les incertitudes concrètes, auraient pu déclencher le conflit.

La flotte américaine, conduite par un cuirassé, comprenait19 navires de guerre formant une ligne à 500 miles stratégie et ses objectifs, marins de Cuba. Plus près de l’île, deux autres bâtiments modifiant l’ordre donné US avaient pris position sans autorisation expresse du président. Au total 45 bateaux. 240 avions, 30 000 hommes étaient directement engagés, plus 125 000 hommes opérationnels. En face. 25 navires soviétiques environ faisaient route vers Cuba. Peu après 10 heures, le 24, la marine US informait que deux navires soviétiques, escortés par un sous-marin, s’approchaient des bâtiments US. Le plan élaboré par les marins américains consistait à repérer le sous-marin par hélicoptères pour l’identifier avec précision. S’ils n’y parvenaient pas, ils feraient exploser des mines en profondeur pour l’obliger à faire surface. Le résultat devenait très aléatoire et pouvait entraîner des conséquences incalculables. Robert Kennedy écrira plus tard : “On était au bord d’un précipice, sans aucune issue. Le président Kennedy avait lancé une course contre l’événement, mais il n’en avait plus le contrôle”. A 10 h 25, on annonça que les deux navires soviétiques avaient stoppé en haute mer. Un peu plus tard, les autres navires soviétiques firent demi-tour. Le blocus était un succès, même si les travaux d’installation des missiles continuaient à Cuba.