Identité nationale : passer du noir et blanc à la couleur

Recension du livre L’histoire Politisée par Famille chrétienne :
La réponse de Vincent Badré est nuancée. Il propose de « passer d’une définition de la nation comme un catalogue de repères culturels, à une définition de la nation comme expérience culturelle ». Pour lui le récit national s’impose, par souci de cohésion, mais il gagnerait à être « enrichi et renouvelé ». D’abord en insistant sur la diversité régionale, trop souvent absente des manuels et des programmes. Ensuite, et surtout, en développant chez les élèves l’amour des héros. Pas seulement les rois, mais aussi ceux qui se sont illustrés dans l’humanitaire ou la technique. Pas seulement les guerriers, mais aussi les personnes handicapées, comme Jeanne de France, fille de Louis XI. Pas seulement les personnalités en vue, mais aussi les Compagnons du Devoir, célèbres pour leur savoir-faire. « Cette variété aurait l’avantage d’offrir plusieurs possibilités d’identifications différentes », résume l’auteur.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *